28 mars 2018

Plus jamais seul - Caryl Ferey

Auteur : Caryl Ferey
Editeur : Editions Gallimard - Collection "Série noire"
Genre : Littérature française - Policier
Parution : 08 Février 2018   -   320 pages


Ma note :

En France, de nos jours.
Mc Cash, ancien flic borgne, se retrouve du jour au lendemain père d'une adolescente de treize ans. Il découvre "les joies" de la paternité et tente tant bien que mal de s'investir dans son nouveau rôle. Au même moment, alors qu'il profite de vacances bien méritées en Bretagne avec sa fille, il apprend la mort d'un vieil ami suite à un accident en mer, son voilier ayant été heurté par un cargo en pleine nuit au sud de Gibraltar.
Connaissant parfaitement les qualités de navigateur de son ami, Mc Cash a de sérieux doutes quant à la nature accidentelle du drame. Il décide alors de mener sa propre enquête pour découvrir la vérité sur l'affaire.


Mon ressenti :

A travers une intrigue parfaitement bien menée, Caryl Ferey nous présente le personnage de Mc Cash, un homme solitaire. Il est né dans une famille irlandaise avec laquelle il a définitivement coupé les ponts il y a bien longtemps. C'est un homme qui aime les femmes, mais qui ne s'attache pas. Alice, sa fille, vient de perdre sa mère des suites d'un cancer et c'est seulement à sa mort qu'elle rencontre son père. Elle va ainsi faire sa connaissance et s'attacher à lui malgré son caractère bien trempé.

D'autres personnages seront présentés par la suite, dont la victime, Marco Kerouan, un avocat et un navigateur passionné. Il décède à son retour d'Athènes où il s'était rendu pour acquérir un nouveau voilier. Il est issu d'une famille bourgeoise reconnue dans le Morbihan mais sa passion pour la navigation l'a quelque peu éloigné des siens.
Angélique et Zoé, deux sœurs d'origine africaine, feront également leur apparition. Angélique est l'ex-femme de Mc Cash, peut-être la seule femme qu'il a réellement aimé dans sa vie. Zoé est la veuve de Marco avec lequel elle a eu une petite fille. Marco naviguait toujours très prudemment et craignait les cargos, il ne s'hasardait jamais à aller en mer la nuit. Or l'accident a tout de même eu lieu en pleine nuit. Sa mort laisse un certain nombre de questions en suspens. Mc Cash a besoin de réponses et ne va pas hésiter à mener l'enquête seul. Après avoir laissé sa fille chez des amis en Bretagne, il s'envole pour la Grèce dans l'espoir de remonter la piste et retrouver les connaissances de Marco sur place.

Caryl Ferey nous emmène dans une enquête sur fonds de trafic de migrants et de corruption en Grèce, principalement dans le port de Pirée à Athènes et sur l'île de Astipalea.
Le livre est construit en deux parties. La première partie, plus lente, pose les bases de l'intrigue et la présentation des personnages. Dans la deuxième partie, tout s'enchaîne plus vite. L'enquête de Mc Cash avance à grands pas jusqu'au dénouement final qui nous dévoile les véritables causes tragiques de la mort de son ami.
Abordant un sujet d'actualité, "Plus jamais seul" est un excellent polar qui se lit bien. Les chapitres sont courts et efficaces. Les pages défilent à une vitesse affolante, surtout dans la deuxième partie. J'ai beaucoup aimé cette lecture qui m'a fait passer un bon moment. Le personnage de Mc Cash que j'ai trouvé un peu antipathique au début de l'histoire est finalement un bon bougre qui m'a souvent fait rire avec ses réparties. 

L'auteur :

Caryl Ferey (alias Jacques Daniel) est un écrivain français né en 1967 à Caen. Il a fait le tour du monde à l'âge de vingt ans, puis a travaillé pour le "Guide du routard". Il écrit son premier roman en 1994 "Avec un ange sur les yeux", puis son premier polar la même année. Il publie principalement des romans policiers dont "Haka" en 1998, "Utu" en 2004 "Plutôt crever" en 2006, "Zulu" en 2008, "Les nuits de San Francisco" en 2014. Il a également écrit des romans jeunesses, des bandes dessinées et des recueils de textes. Caryl Ferey procède toujours de la même manière avant d'écrire ses romans : il part découvrir le pays dans lequel se déroulera l'intrigue et se documente avant de passer à l'écriture dès son retour.
Il remporte le Prix SNCF du polar en 2005 pour "Utu", le Grand prix de la littérature policière en 2008 et le prix Jean Amila en 2009 pour "Zulu".
"Zulu" a été adapté au cinéma par Jérôme Salle en 2013.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire