14 septembre 2017

Très chère Ursule - Mano Gentil

Auteur : Mano Gentil
Editeur : Edition Serge Safran
Genre : Littérature française
Parution : 05 Janvier 2017   -   240 pages


Ma note :

Ursule, une riche héritière, souhaite organiser une somptueuse réception en l'honneur de sa mère, décédée. Pour cela, elle contacte une agence de communication et fait affaire avec Julien Pulmel. Cependant, au fil de l'histoire on en vient à s'interroger sur la véritable qualité de cette femme à la personnalité ambiguë.


Mon ressenti :

Mano Gentil est une auteure que je découvre avec la lecture de ce livre qui est son huitième roman. Dans un style littéraire maîtrisé, elle met en scène l'histoire d'Ursule Viroët, une femme intrigante qui se présente comme une personne aisée issue de l'aristocratie, sa mère étant la comtesse de Hoherstofür. Célibataire, Ursule ne travaille pas et vit dans un appartement à Grenoble avec son frère, archiviste à l'hôpital. Sa principale activité est de contacter des gens dans la détresse pour les convaincre de verser de grosses sommes d'argent au bénéfice de son association "La vie pour tous".
Au fur et à mesure que les pages se tournent, on découvre sa véritable personnalité qui n'est pas très rassurante. Dès les premiers chapitres, on se rend compte que son esprit est confus, que ses pensées sont altérées et que ses idées ne sont pas très logiques. Elle passe ses journées à discuter avec sa mère comme si elle était auprès d'elle. Elle lui raconte alors tout ce qu'elle fait, lui rappelle des souvenirs, lui reproche certaines paroles et va même jusqu'à lui mentir pour lui cacher ses sorties.
Puis, elle passe beaucoup de temps avec sa meilleure amie, Caroline, avec laquelle elle a une relation privilégiée : 
"elle a assez d'esprit pour me guider dans mon maintien ou ma conversation. C'est bien grâce à elle si j'ai fait autant de progrès. C'est elle qui m'a mise sur la piste de notre noble famille et de notre cousine Hoherstofür."
Cependant, Caroline est une poupée...

Nous découvrons également le personnage de Julien Pulmel qui travaille dans l’événementiel. C'est un homme peu sûr de lui et angoissé, s'inventant souvent des problèmes médicaux pour fuir ses responsabilités professionnelles. Il travaille dans la petite agence qui se trouve sur le palier juste en face de l'appartement d'Ursule. C'est ainsi que tout naturellement leurs chemins se sont croisés. Julien devient son principal interlocuteur et se voit confier la mission d'organiser la fameuse soirée où bon nombre de personnalités seront invitées.

Mais, petit à petit, Julien se rend compte que quelque chose ne va pas, les doutes s'installent et il en vient à se demander si Ursule n'a pas tout inventé ou, pire, si elle est en possession de toutes ses facultés mentales.
Malgré le gros contrat qu'ils ont signé, que doit-il faire ? Doit-il révéler à son patron ses doutes ou doit-il les ignorer ? Peut-être se trompe-t-il finalement, Ursule a tout de même beaucoup d'argent. Elle s'habille certes avec de vieux vêtements (parfois troués), mais peut-être est-elle simplement une femme extravagante.

Les dialogues et les pensées d'Ursule sont au début déconcertants ce qui nous amène rapidement à comprendre que son esprit est troublé. Avec une plume fluide et un style humoristique, le récit est agréable à lire. Les chapitres sont très courts et alternent successivement les (més)aventures des deux principaux personnages. 
Abordant les thèmes de la folie et des troubles psychologiques, j'ai trouvé ce roman intéressant et prenant.  Les pages se tournent très vite jusqu'au dénouement final. L'histoire est bien construite, les troubles se multiplient de plus en plus et la fin du livre est prévisible.

L'auteur :

Mano Gentil est une romancière française née à Grenoble en 1961. Elle publie des livres pour la littérature jeunesse et adultes. 
Elle écrit son premier roman en 1996 "Boucher double", puis suivront "Le cri du gecko" en 1997, "Poteau mitan" en 1999, "Les combats d'Achille" en 2003, "Liberty chery" en 2006, "Le photographe" en 2008, "Dans la tête des autres" en 2010, "Le berceau de la honte" en 2013, "Nous étions jeunes et larges d'épaules" en 2016.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire