08 mars 2017

Les larmes noires sur la terre

Auteur : Sandrine Collette
Éditions Denoël, collection"sueurs froides"
Littérature française
Parution : 02/02/2017   -   336 pages

Ma note :

Moe, 26 ans, quitte l'homme avec qui elle vit depuis 6 ans et part avec son bébé chez une amie. Ne trouvant pas de travail, cette dernière les met dehors tous les deux. N'ayant nulle part où aller, elle traîne dans les parcs ou à l'hôpital s'il fait trop froid, jusqu'au jour où les services sociaux interviennent et la conduisent, avec son enfant, dans un centre d'accueil. Il s'agit d'un lieu dénommé "la Casse", où les "déshérités" sont logés dans des carcasses de voitures. Moe et son bébé auront un nouveau logement : une 306 grise sans sièges arrières, avec pour seul confort deux couvertures.
Le comble: il faudra travailler dur aux champs pour payer le loyer de cette carcasse. La distribution de nourriture se fait une fois par semaine. La seule façon de partir de cette ville : payer 15.000 €, soit des années à survivre dans ce lieu où la violence et l'anarchie sévissent. Seule la loi du plus fort s'applique.
Comment Moe va-t-elle survivre dans ce lieu ? Va-elle pouvoir partir et retrouver une vie normale ?


Mon ressenti :

"Les larmes noires sur la terre" est le 1er roman de Sandrine Collette que je lis et j'en suis ravie. Ayant beaucoup entendu parler de cet auteur depuis son précédent ouvrage, je me suis plongée avec plaisir dans cette lecture sombre qui nous offre un portrait de femme incroyable.

Moe, jeune femme de 20 ans, a grandi sur son île, à Papeete, au soleil et au bord de l'océan. Elle y rencontre Rodolphe, 40 ans, et part vivre avec lui en région parisienne. Là c'est le désenchantement: elle rêvait de sorties, de restaurants, de balades dans les rues de Paris, de porter de belles robes mais elle trouve la pluie, la grisaille, une maison de campagne, l'animosité des voisins, elle est finalement seule. Rodolphe a changé d'attitude. Il boit, ne s'occupe plus d'elle, lui parle mal et attend juste de retrouver une maison propre en rentrant du travail. Les voisins la fuient, c'est une étrangère. 
Malheureuse, Moe sort, essaie de s'amuser, de rencontrer des gens et, après une aventure d'un soir, tombe enceinte. Elle aura un beau petit garçon "Côme".
Au bout de 6 ans, elle quitte Rodolphe et arrive à Paris où elle n'arrive pas à trouver un emploi. 
Conduite à "la Casse" par les services sociaux, l'enfer commence.

Viols, violences, trafics en tout genre et prostitution sont désormais la vie qu'elle va connaître. Comment survivre seule avec un bébé dans un tel lieu ? Impossible. Heureusement, elle rencontre 5 femmes qui vont l'intégrer à leur groupe : il s'agit de Ada, Poule, Marie-Thé, Jaja et Nini-peau-de-chien, un groupe de femmes fortes et solidaires qui sauront lui apprendre les "lois" de "la Casse" et la protéger, elle et l'enfant.

Au fur et à mesure de la lecture, nous découvrons également les portraits et les vies de ces 5 personnages. Chacune de ces femmes a connu un parcours de vie différent, chacune a subi des épreuves difficiles avant d'arriver à "la Casse" : la guerre en Afghanistan, les attentats de Paris, l'esclavage, la drogue et la prison. 
Nous découvrons ainsi des femmes avec de  fortes personnalités, une soif de vivre et de s'en sortir. Des femmes aux destins tragiques et qui savent rester unies et solidaires malgré tout.

L'histoire se situe en France mais nous ne connaissons ni le lieu avec précision, ni la période. Un endroit comme "la Casse" n'existe pas et ne peut pas exister de nos jours dans un pays comme la France. Toute la place est laissée à l'imagination du lecteur pour situer le récit dans le temps.

Sandrine Collette est un auteur que je relirai. Elle sait mettre dans les mots beaucoup d'émotions. Malgré un style d'écriture particulier (phrases incomplètes, sujet dans les phrases manquant), la lecture est facile. Je l'ai lu en peu de temps malgré ses 336 pages. Il est très difficile de refermer le livre sans arriver au bout tant le désir de connaître la fin est grand.

"Les larmes noires sur la terre" est un roman sombre et poignant. Malgré une succession de drames tout au long de la lecture, l'espoir subsiste toujours chez ces femmes. 

L'auteur :

Sandrine Collette est une romancière française née en 1970 à Paris. D'abord chargée de cours à l'université de Nanterre, consultante en ressources humaines, puis restauratrice de maisons de campagne, elle écrit, et élève des chevaux dans le Morvan.
Elle publie son premier roman en 2013 "Des nœuds d'acier" qui obtient le grand prix de littérature policière la même année. Suivront ensuite "Un vent de cendres" en 2014, "Six fourmis blanches" en 2015 et, en 2016, "Il reste la poussière" qui a un grand succès et obtient le prix Landerneau du polar.
Tous ses romans sont publiés aux éditions Denoël.




Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire