27 mai 2018

Le dimanche des mères - Graham Swift

Auteur : Graham Swift
Editeur : Editions Gallimard - Collection "du monde entier"
Genre : Littérature anglaise
Parution : 12 Janvier 2017   -   144 pages


Ma note :

Angleterre, dans le Berkshire.
Le 30 Mars 1924 est une journée spéciale : c'est le dimanche des mères. Chaque année, à cette même date, les familles aristocrates octroient un jour de congé à leurs domestiques pour qu'ils aillent rendre visite à leur mère le temps d'un dimanche.
Jane est femme de chambre dans la demeure des époux Niven. Mais, elle est orpheline et choisit de passer cette journée avec Paul, son amant. Il s'agira de leur dernière rencontre. 
Ce dimanche des mères changera à jamais le cours de sa vie.


Mon ressenti :

Dans son livre, Graham Swift nous entraîne dans le monde aristocratique anglais des années 1920. A cette époque, les temps sont durs, la Première Guerre Mondiale a laissé des traces en emportant avec elle de nombreux hommes partis au combat. Les familles maintiennent les traditions, surtout par nostalgie du passé.
Le dimanche des mères fait partie de ces coutumes et les époux Niven n'y dérogent pas. Ils ont perdu leurs deux fils durant la guerre et leurs domestiques apportent un peu de vie au sein de leur foyer. 
Jane Fairchild, vingt-deux ans, est placée dans cette famille depuis ses quinze ans. Peu de temps après son arrivée, elle entame une liaison amoureuse avec Paul Sheringham, le fils des voisins et amis des époux Niven. Cela fait maintenant sept ans que les tourtereaux se retrouvent en cachette. Mais, cette relation arrive à son terme car Paul doit se marier dans quelques jours avec une riche héritière. Alors, profitant de l'absence de ses parents en cette journée spéciale, Paul l'invite à venir chez lui. Jane est ravie.
"Son cœur avait bondi comme celui d'une héroïne de roman en difficulté. Il s'était envolé, comme les alouettes qu'elle entendrait chanter tout à l'heure, pointant en flèche vers la voûte du ciel bleu, alors qu'elle pédalait en direction d'Upleigh."
Pour la première fois, Jane est accueillie par la porte d'entrée comme une invitée du même rang. Mais, après avoir partagé le lit de son amant une bonne partie de la journée, il doit rejoindre sa fiancée et part sans un mot et sans un regard. Jane ne le reverra plus jamais.
Après le départ de Paul, elle prend le temps de visiter la demeure de la famille Sheringham comme pour s'imprégner des lieux et les graver à jamais dans sa mémoire. A son retour chez ses employeurs, on lui annonce le drame.

Puis, on bascule soixante ans plus tard. Jane, devenue une écrivaine de renom, se remémore cette journée du 30 Mars 1924 dans les moindres détails. Ce dimanche des mères a marqué son existence et a tracé son destin.

Avec une belle plume, Graham Swift aborde son récit aux airs de "Downton Abbey" avec beaucoup de sensibilité. Le contexte est bien décrit. Les mots sont parfaitement bien choisis, tout en douceur et en finesse. J'ai été complètement emportée par l'histoire de cette femme, qui raconte également les années qui ont suivi, ainsi que sa passion pour la lecture et son admiration pour les grands écrivains.

"Le dimanche des mères" dresse un portrait de femme émouvant, emportant le lecteur dans un récit empreint 
de sensualité et de délicatesse.

L'auteur :

Graham Swift est un écrivain britannique né en 1949 à Londres. Il a poursuivi ses études à l'Université de Cambridge et à l'Université d'York. Sa carrière d'écrivain commence en 1980 avec la parution de son premier roman "The Sweet-Shop Owner". S'en suivront de nombreuse publications de romans et de nouvelles dont "L'affaire Shuttlecock" (1982), "Le Pays des eaux" (1983), "Hors de ce monde" (1988), "A tout jamais" (1992), "La dernière tournée" (1996), "Demain" (2017).
Certaines de ses œuvres ont été adaptées au cinéma.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire