14 juillet 2017

Comme un roman

Auteur : Daniel Pennac
Editeur : Gallimard
Genre : Littérature française - Essai
Parution : 1er Janvier 1992 (Gallimard) et 21 Avril 1994 (Folio, en format poche)  -  204 pages


Ma note :

"Comme un roman" est le livre qui s'adresse à tout lecteur amoureux des mots. C'est un ouvrage à posséder dans sa bibliothèque. En ce qui me concerne, c'est le premier roman de Daniel Pennac que je lis et la chose dont je suis sûre est que c'est le premier d'une longue série. Ancien professeur de l'éducation nationale, l'auteur décrit le chemin parcouru par un lecteur à qui on a transmis le goût de la lecture dès ses plus jeunes années.

Le livre est divisé en quatre parties et commence par une phrase simple : "le verbe lire ne supporte pas l'impératif".

La lecture est d'abord analysée chez le jeune enfant. Lire est apparenté à un plaisir et non à un devoir. Nous, parents, sommes devenus conteurs en racontant chaque soir des histoires à nos enfants. Nous leur ouvrons ainsi l'esprit vers l'imaginaire. La lecture à voix haute, parfois à deux voix, ainsi que le rituel du soir ont un effet sécurisant et apaisant.
Mais lorsque l'école arrive, tout change. L'enfant apprend à lire, à écrire et à compter et c'est là que le plaisir de lire peut se perdre. Daniel Pennac tente d'en rechercher les causes.
A partir de ce moment, l'enfant trouve une autonomie nouvelle et cela annonce la fin des lectures du soir. L'enfant perdra ce moment privilégié qu'il entretenait avec ses parents. 

De plus, à l'adolescence, l'envie de lire a tendance à s'estomper. Elle provoque parfois l'ennui, et pour certains jeunes cela devient un fardeau. A qui la faute ? A la télévision ou à l'arrivée des jeux électroniques ? ou est-ce la faute à l'école et à "l'incompétence des maîtres"?

C'est ainsi que Daniel Pennac tente de mettre fin au dogme "il faut lire". Le but de l'école aujourd'hui est l'apprentissage et non le plaisir.
" Lire, ça s'apprend à l'école.

Aimer lire..."
"et si au lieu d'exiger la lecture le professeur décidait soudain de partager son propre bonheur de lire"
Les craintes du lecteur (la compréhension, le nombre de pages, la durée...) sont étudiées. Daniel Pennac encourage les jeunes à lire des livres qui ne sont pas au programme, des livres qui les intéressent et qui leur procurent du plaisir car "les livres sont écrits pour être lus et non pour être commentés". Ce sont avant tout des ouvrages qui racontent une histoire et qui "offrent des trésors".

C'est ainsi qu'il en vient aux "droits du lecteur", dix droits que nous n'apprenons pas à l'école tels que le droit de sauter des pages, le droit de ne pas finir le livre, le droit de lire n'importe quoi, de lire n'importe où ou de lire à haute voix. Nous avons tous nos raisons de lire. La lecture fait partie de notre intimité.

"Comme un roman" est un superbe récit dont le message est clair : nous pouvons transmettre l'amour de la lecture aux enfants dès leur plus jeune âge et c'est à nous de stimuler ce désir et non de l'imposer. La lecture à voix haute est un moment privilégié très important qu'il faut maintenir même lorsque l'enfant sait lire seul.
C'est un livre enrichissant qui m'a interpellé. Mes enfants me réclament ces lectures à voix haute chaque soir, et souvent ce sont les mêmes histoires qui reviennent. Je retrouve l'idée du rituel du soir et le soulagement que cela leur procure après leurs longues journées. Même si certains soirs la fatigue s'installe ou l'envie n'est parfois plus là, je comprends aujourd'hui l'importance de ce moment.

Une lecture pleine de sens.
Un message clair et une écriture agréable.
Un auteur qui m'a ouvert les yeux.

L'auteur :

Daniel Pennac est un écrivain français né en 1944 à Casablanca au Maroc. Il a une scolarité difficile, et se dit dysorthographique. Il exerce les métiers de chauffeur de taxi et d'illustrateur. Mais, en 1969, il devient professeur de littérature au collège et au lycée. Cette expérience l'inspire pour écrire "Comme un roman". Tout en continuant à enseigner, il écrit et publie plusieurs romans et essais dont "Au bonheur des ogres" (1985), "La fée carabine" (1987), "La petite marchande de prose" (1990), "Kamo, l'idée du siècle" (1993), "Monsieur Malaussène" (1995), "Chagrin d'école" (2007) et "Ils m'ont menti" (2017).
Il a également écrit des romans jeunesses : "L’œil du loup" (1984) ou "Le roman d'Ernest et Célestine" (2012).
Il est également l'auteur de livres illustrés et de pièces de théâtres.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire