20 février 2017

Ne prononcez jamais leurs noms

Auteur : Jacques Saussey
Editeur : Editions du Toucan noir
Policier français
Parution : 11/01/2017   -   496 pages


Ma note :

L'histoire commence à la gare de Hendaye dans les Pyrénées. De retour de vacances, Karine Monteil et son fils, Jérémie, 8 ans, montent dans leur train pour Paris avec l'aide d'un inconnu dont le siège se trouve juste à côté d'eux. Soudain, ce dernier sort précipitamment du train, prétextant un oubli à la gare. Il laisse son sac sous son siège, ne revient pas, et le train démarre. Quelques minutes après, le train explose.


"Les yeux de Karine s'abaissèrent vers le plancher. Sous le siège 66, la poignée du sac avait basculé en pleine lumière. Elle s'accroupit et le tira vers elle, et ce fut soudain comme si elle avait pu voir au travers du tissu. Comme si cette forme oblongue qui le déformait lui avait murmuré quelques mots funestes à l'oreille. Elle eut juste le temps de prendre une profonde respiration pour pousser un hurlement. Et puis le monde s'éteignit dans un grand éclair blanc."

Dans un café,  à quelques mètres du lieu de la déflagration, se trouve Daniel Magne, policier fraîchement muté à Hendaye. Il accourt à la gare et remarque le comportement suspect d'un homme qui finit par s'enfuir à moto. Le policier part à sa poursuite mais est blessé et se retrouve kidnappé par l'auteur de l'attentat.

S’ensuit alors une double enquête policière rondement menée :
- la recherche de l'auteur et les raisons de l'attentat,
- la recherche du policier kidnappé.

Deux personnages, Lisa Heslin, enceinte, ancienne collègue de Daniel, accompagnée de Henri Walczak, policier au commissariat de Paris, font irruption dans l'histoire pour retrouver leur collègue et ami.

Mon ressenti :

Ce livre est un polar bien ficelé, il n'y a aucun temps mort. Dès le départ, nous connaissons l'auteur de l'attentat, Damian Iturzaeta, et nous savons tout sur le kidnapping du policier. Jacques Saussey nous emmène dans la vie très complexe de Damian pour y comprendre les raisons de son acte. Les enquêteurs savent très vite à quel type d'individu ils ont affaire après la découverte d'une vidéo que le tueur a posté sur internet juste avant son acte : un individu qui tue froidement dans le seul but que l'on parle de lui tel les plus grands assassins de masse.

" Ne prononcez jamais leurs noms ! Toutes les horreurs que ces hommes ont commises, c'est pour que la société n'oublie jamais qui ils étaient, pour que leurs actes continuent à ronger la population de frayeur,..., si vous citez leurs noms à chaque fois que nous allons parler, que vous allez parler de cette affaire, ces assassins auront gagné."

La construction narrative se fait à trois voix qui se relaient au fil des chapitres (le tueur, Daniel Magne, Lisa Heslin). L'auteur utilise un langage cru, une certaine vulgarité dans les dialogues de l'assassin qui m'ont un peu gênée à la lecture du livre. Nous découvrons un personnage odieux, un psychopathe sans état d'âme, qui tue froidement. Un homme pervers, qui a manqué de confiance en lui toute sa vie, un homme qui a eu une enfance terrible entre la découverte de son père pendu à l'âge de 5 ans, et le manque d'amour de sa mère à son égard, voir même une certaine cruauté envers lui, un enfant tyrannisé par son frère aîné.

"Ne prononcez jamais leurs noms" est la sixième enquête de Daniel Magne et de Lisa Heslin. L'auteur fait régulièrement appel à des situations évoquées lors de précédentes enquêtes, mais cela n'est pas gênant, nous comprenons très bien le déroulement de l'histoire et le passé des deux enquêteurs sans avoir lu les précédents romans. L'auteur apporte habillement la juste dose d'éléments pour que le lecteur ne s'y perde pas.
Ce livre est un polar digne de ce nom avec actions et rebondissements tout au long de l'histoire.

L'auteur :

Jacques Saussey est un romancier français né en 1961. Après avoir écrit quelques nouvelles en 1988, il publie son 1er roman policier "La mante sauvage", puis "De sinistre mémoire" en 2010.
Il a mis en scène Daniel Magne et Lisa Heslin dans une série de polars depuis 2013.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire