13 février 2017

Le hibou - Samuel Bjørk

Auteur : Samuel Bjørk
Edition : JC Lattès   -   445 pages
Littérature norvégienne  -  Policier
Parution : 28/09/2016




Ma note :

Au début du roman, nous sommes en 1972. Le pasteur de l'église de Sandefjord, une commune au sud-est de la Norvège, reçoit la visite d'un couple dont le jeune homme est le fils d'un riche armateur. Les jeunes gens souhaitent se marier et veulent que le pasteur les bénisse en toute intimité. Le jeune homme doit hériter d'une grosse fortune, son père étant gravement malade, mais à cette seule condition :
"qu'aucun sang étranger ne se mêle à celui de la famille. Il faut que la future épouse n'ait jamais eu d'enfant d'une précédente union".
Cependant, la jeune femme est déjà mère de deux enfants, un garçon de 2 ans et une fille de 4 ans. Ces derniers sont envoyés en Australie et le couple se marie en toute discrétion. Peu de temps après, la jeune épouse est retrouvée morte au volant de sa voiture dans des circonstances non élucidées. Dans la suite de l'histoire, nous nous retrouvons quelques années plus tard.

Tom Petterson, botaniste à l'institut des biosciences de l'université de Oslo, part en forêt à Hurum à la recherche d'un nouveau spécimen de plante, la tête de dragon. Quittant le sentier sur lequel il marche, il s'enfonce dans la forêt et arrive dans une petite clairière où il découvre le corps d'une jeune fille, nu, bleui, un lys dans la bouche et étendu sur un lit de plumes. Le corps est disposé dans un pentagramme de bougies.
C'est alors que commence une enquête policière menée par Holger Munch et Mia Krüger, enquêteurs criminels à Oslo.

En plus des deux enquêteurs, nous rencontrons plusieurs autres personnages qui auront tous leur importance. Tout d'abord Curry, Ludwig, Kim, Anette, Ylva, et Mikkelson, policiers, qui font partis de l'enquête criminelle. Il y a aussi Grabriel Mörk, ancien hacker, qui travaille désormais dans la police. Puis, Miriam Munch, fille de l'enquêteur, mariée à un médecin et qui s'ennuie dans sa vie quotidienne.

Le récit alterne entre les passages de l'enquête criminelle et la vie de la plupart des personnages.

Au fil de l'enquête, nous apprenons à connaître la victime, Camilla Green, une adolescente de 17 ans. Orpheline, sa disparition a été déclarée par la directrice de la structure dans laquelle la jeune fille vivait, l'exploitation agricole de Hurum. Cet établissement a été créé pour les enfants et adolescents à problèmes qui y travaillent et y vivent.
L'enquête se déroule pour l'essentiel dans cette exploitation où l'on rencontre un certain nombre de personnages, qui tour à tour livrent leurs témoignages à la police.



Mon ressenti :



Le titre du roman, "Le Hibou", fait référence au lit de plumes sur lequel est retrouvée la victime.

A la lecture du livre, nous sommes plongés au cœur de l'enquête policière qui se révèle complexe. A chaque chapitre, des éléments nouveaux apparaissent. On s'interroge au fur et à mesure de l'avancement de l'histoire.

Diverses théories font leurs apparitions. Y a-t-il un lien avec l'exploitation à Hurum ? Quelle est la signification du pentagramme ? Le meurtre est-il lié à un rituel ou à un sacrifice ? Y a-t-il un lien avec les faits qui se sont déroulés en 1972 ?


"Le Hibou" est un roman qui se lit vite et facilement. Le livre est découpé en chapitres courts et précis. Le style de l'auteur est intéressant car il ne se perd pas dans des détails. J'ai été complètement entraînée au cœur de l'enquête où chaque nouveau détail nous interpelle.
C'est aux toutes dernières pages que l'intrigue se dénoue et que l'on comprend tout.
J'ai beaucoup aimé ce livre que j'ai lu, bien au chaud, blottie contre mon chat 😉

L'auteur :

Samuel Bjørk est un auteur norvégien né en 1969. Il écrit sous son pseudonyme, son vrai nom étant Frode Sander Øien. Il écrit des pièces de théâtres, est peintre et musicien. Il écrit son premier roman en 2015, "Je voyage seule", qui met en scène Holger Munch et Mia Krüger, et qui connaît un grand succès. "Le hibou" est son deuxième roman dans lequel on retrouve les deux policiers.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire